Des centaines de sapeurs-pompiers en grève, venus de toute la France, se sont réunis mardi 15 octobre 2019 à Paris, place de la République, pour réclamer moyens et sécurité.

Des centaines de pompiers venus de toute la France se sont réunis, mardi 15 octobre 2019 à Paris, pour réclamer plus de sécurité, une revalorisation de leurs salaires et le maintien de leurs retraites.
Des centaines de pompiers venus de toute la France se sont réunis, mardi 15 octobre 2019 à Paris, pour réclamer plus de sécurité, une revalorisation de leurs salaires et le maintien de leurs retraites. (©SL / actu Paris)

Depuis juin 2019, des sapeurs-pompiers de toute la France ont déposé des préavis de grève, dénonçant leurs conditions de travail. Ils sont réunis à Paris, mardi 15 octobre 2019, pour une manifestation d’envergure. Leurs revendications : plus de sécurité, une retraite assurée, une revalorisation de la prime du feu et des moyens.

Parti de République en début d’après-midi, le cortège doit se disperser à Nation, vers 18 heures. D’autres manifestations ont déjà eu lieu ces derniers mois, notamment à Versailles (Yvelines).

« Pas signé pour être un punching-ball »

« On est là pour se faire entendre, alors on est venus pour une manif puissante et bruyante », tonne Mickaël, 29 ans, sapeur des Hauts-de-France. Il joint la parole aux actes en allumant un des innombrables pétards qui claquent, mardi midi, sur la place de la République, enfumée par les fusées et fumigènes craqués.

Pompier depuis quatre ans, Mickaël explique qu’un de ses collègues a été agressé, « début juillet en plein dans une intervention, et en même temps des copains se faisaient foncer dessus par un taré ». Ces agressions ont eu lieu le 5 juillet, relatait Lille actu. « On n’a pas signé pour être des punching-balls », martèle Mickaël. 

Les agressions dont les pompiers sont la cible font partie des griefs qui les amènent dans la rue mardi. Aucun, ici, n’est convaincu par l’annonce du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, qui souhaite les équiper de caméras piétons. « Foutaises, quand on se fait cogner c’est par derrière », pointe un autre pompier nordiste. 

Les pompiers mobilisés ont escaladé la statue de la Victoire, place de la République, drapeaux en main.
Les pompiers mobilisés ont escaladé la statue de la Victoire, place de la République, drapeaux en main.

Moyens, retraites, salaires : « La liste est longue ! »

« Ce qu’il nous faut, c’est des moyens », ne transige pas Mickaël. C’est un des autres messages des sapeurs-pompiers mobilisés, venus de 90% des Services départementaux d’incendie et de secours (Sdis) de France, pour 5% de grévistes selon Christophe Castaner. André Goretti, président du FA/SPP-PATS, premier syndicat sur neuf, a dénoncé « les pompiers en sous-effectifs », surexploités pour des missions d’ambulances.

En tenue de travail et parfois grimés, les pompiers marchent de République à Nation.
En tenue de travail et parfois grimés, les pompiers marchent de République à Nation. (©SL / actu Paris)

Les pompiers attendent également du gouvernement – et des collectivités qui les financent – la revalorisation de leur prime de feu à 28% de leur salaire, contre 19% aujourd’hui, et le maintien de leur retraite.

Comme le dit Mickaël, « la liste est longue ! »