Luc Puech d'Alissac défiera l'actuel maire (Dvg) sortant de Magny-en-Vexin (Val-d'Oise), Jean-Pierre Muller, aux élections municipales de 2020.
Luc Puech d’Alissac défiera l’actuel maire (Dvg) sortant de Magny-en-Vexin (Val-d’Oise), Jean-Pierre Muller, aux élections municipales de 2020. (©La Gazette du Val-d’Oise)

Motivé comme jamais ! Alors que les élections municipales approchent à grands pas, Luc Puech d’Alissac a décidé de se lancer dans la bataille.

Âgé de 66 ans, marié depuis quarante ans et père d’une fille de 34 ans, le candidat de droite qui souhaite rassembler « les gens de droite, du centre et de gauche », tentera de barrer la route à Jean-Pierre Muller, actuel maire (Dvg) de Magny-en-Vexin (Val-d’Oise) depuis 2001, qui a annoncé officiellement sa candidature pour un quatrième mandat lors de la cérémonie des vœux, en janvier dernier.

À la tête d’Uniroute pendant 28 ans

Il faut dire que le candidat connaît la ville comme sa poche. En 1978, le natif de Rouen crée l’agence Uniroute (société spécialisée dans le transport routier) dans la zone industrielle des Aulnaies, à Magny-en-Vexin.

Une période durant laquelle Luc Puech d’Alissac a gravi peu à peu les échelons : agent d’exploitation, chef d’agence, directeur d’agence, directeur commercial, directeur général et enfin, président-directeur général (Pdg). 

« Lorsque je suis parti, la société comptait plus de 500 emplois et 300 conducteurs routiers, répartis sur sept ou huit bases dans toute la France », se remémore Luc Puech d’Alissac.

En 2017, arrivé à la retraite, sa soif de travail n’est pas assouvie et il décide de se lancer en tant qu’autoentrepreneur. Il a habité rue de Crosne, à Magny-en-Vexin, de 1978 à 1984, puis à Serans de 1984 à 1987 avant de s’installer à Gisors (Eure) jusqu’en 2018.

Beau challenge

S’il n’est redevenu Magnytois que depuis le 1er décembre 2018, il n’a jamais cessé d’être au plus près de l’actualité de la ville.

En juin 2018, des membres de l’opposition municipale le contactent et lui expliquent la situation de la commune. 

« La ville ne va pas bien, les finances communales sont catastrophiques, l’opposition se déchire… », énumère Luc Puech d’Alissac.

Ces derniers voient alors en lui quelqu’un capable de rassembler et d’unifier les opposants. « C’est un beau challenge », dit-il. Durant près de trois mois, il décide d’aller à la rencontre des habitants avant de prendre sa décision. 

« J’ai rencontré plus de 120 habitants individuellement ». Fin septembre, il prend sa décision : il est partant pour se lancer dans la course aux élections municipales. Avec pour principal mot d’ordre : placer les habitants au cœur de son programme électoral.

Stop aux clivages politiques

Luc Puech d’Alissac forme alors une équipe constituée de huit personnes. « Des jeunes, des vieux, des nouveaux, des gens issus de milieux différents et de tous les quartiers, qui souhaitent apporter de nouvelles idées et qui aiment leur ville.

L’objectif est aussi de stopper les clivages politiques qui durent depuis près de vingt ans. » À ce jour, Luc Puech d’Alissac a rencontré pas moins de 420 habitants. Des entrevues qui n’ont fait que conforter son souhait de changer le visage de la commune. 

« J’ai senti une attente très forte mais surtout un ras-le-bol général de voir la ville se détériorer, être délaissée voire abandonnée », déplore le challenger, qui a d’ailleurs créer l’association Avec vous pour Magny.

Parmi les problèmes évoqués par les habitants : le stationnement, la propreté, le milieu associatif…

Grande consultation

Depuis plusieurs mois, des groupes de travail, rassemblant une cinquantaine de personnes, planchent sur de nombreux thèmes : travaux, culture, patrimoine… Bref, aucun sujet n’est mis sur la touche. 

« Nous avons besoin d’idées nouvelles pour faire avancer la ville dans le bons sens. »

Une grande consultation sera également lancée dans les prochaines semaines. 

« L’objectif est de ne pas promettre aux gens des choses impossibles à réaliser, car les communes n’ont plus les moyens aujourd’hui. Si nous sommes élus, nous gérerons la ville comme une entreprise, en faisant des économies pour rééquilibrer les finances de la commune et trouver des solutions pour tout le monde. Quoi qu’il en soit, il est hors de question d’augmenter la pression fiscale, les gens n’en veulent plus ! » 

En tout cas, le ton est donné !

Permanence située au 10, place de la Halle à Magny-en-Vexin.