Sous la pression des téléspectateurs, agacés de voir les programmes de première partie de soirée démarrer de plus en plus tard, le CSA va rappeler à l’ordre les chaînes.

Depuis la rentrée 2018, France 2 diffuse une nouvelle série télévisée, après le journal de 20h, Un si grand soleil.
Depuis la rentrée 2018, France 2 diffuse une nouvelle série télévisée, après le journal de 20h, Un si grand soleil. (©Fabien MALOT-FTV)

21h05, 21h10, 21h25… On ne s’y retrouve plus et les téléspectateurs en ont ras-le-bol. Chaque semaine, ils sont une vingtaine à se plaindre au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) du début des programmes de soirée de plus en plus tardifs.

Lundi 13 mai 2019, le CSA a lancé une concertation avec l’ensemble des chaînes sur ce sujet, a-t-il annoncé dans un communiqué

Lire aussi : Motus : Thierry Beccaro va quitter l’émission après 29 ans de présentation

« Glissement progressif des horaires »

« La question des horaires de diffusion des programmes télévisés en première partie de soirée est un sujet de préoccupation majeur des téléspectateurs », confirme l’organisme.

Le Conseil a en effet observé non seulement un glissement progressif des horaires de diffusion de la première partie de soirée, mais aussi un décalage parfois significatif entre l’horaire annoncé et l’horaire effectif de diffusion de la première partie de soirée.

Les émissions « Touche pas à mon poste » (C8) et « Quotidien » (TMC) se terminent régulièrement au-delà de 21h, comme la nouvelle série de France 2 lancée en septembre 2018, « Un si grand soleil ». Même chose sur les chaînes du groupe M6 où le début des prime-time a tendance lui aussi à déborder. 

Le cabinet NPA Conseil a analysé les horaires des programmes de début de soirée sur les principales chaînes, entre janvier et mai 2019, du lundi au vendredi :

  • TF1 : 21h11
  • France 2 : 21h08
  • France 3 : 21h05
  • France 5 : 20h53
  • M6 : 21h09
  • Arte : 20h50
  • C8 : 21h16
  • TMC : 21h18

Sur C8, où le talk-show de Cyril Hanouna est diffusé en direct, l’objectif est clairement assumé : il s’agit de gonfler les scores d’audience en profitant des longs tunnels de publicité des concurrents. En effet, le volume de réclame est limité à 12 minutes par heure d’horloge. A 21h, le compteur est donc remis à zéro.

« Avec TPMP, on est sur une émission en direct avec un maximum de téléspectateurs. Nous aimerions même qu’elle se termine à 22 heures ! », avait lancé Gérald-Brice Viret, directeur d’antenne et des programmes du groupe Canal+, sur TV Mag l’automne dernier

Ce que dit la loi
Rien ou presque n’interdit aux chaînes privées (et gratuites) de la TNT de démarrer ses programmes de première partie de soirée comme bon leur semble. Elles doivent cependant faire connaître leurs programmes « au plus tard 18 jours avant le premier jour de diffusion des programmes de la semaine concernée » et s’engagent « à ne plus les modifier dans un délai inférieur à 14 jours par rapport au jour de diffusion, celui-ci inclus, sauf exigences liées aux émissions produites en direct, aux événements sportifs et circonstances exceptionnelles (…) », précise le CSA
Les chaînes publiques (France 2, France 3, France 4 et France 5) sont tenues aux mêmes engagements. La suppression de la publicité à partir de 20h (depuis 2009) avait permis d’avancer à 20h35 des prime-time. La concurrence et le lancement de programmes courts ont progressivement décalé cet horaire fixe. 

« La fiction prend plus de place »

Avec des prime-time lancés vers 21h10 en moyenne, les deuxièmes parties de soirée s’achèvent généralement après minuit. 

Selon Aliette de Villeneuve, responsable Pôle contenus et marketing des programmes chez NPA Conseil, contactée par actu.fr, les grilles TV ne sont plus structurées comme auparavant. « La fiction prend plus de place, avec des formats de 26 et 56 minutes. Les deuxièmes parties n’existent plus vraiment ou passent au second plan », décrypte-t-elle.

Les chaînes privilégient surtout sur les access et les prime-time. Avec le changement des usages et la multiplication des écrans, elles vont devoir repenser la fonction des grilles de programmation. 

Et remettre les pendules à l’heure ?