La vie s’organise dans la Zad installée à proximité de la Normandelière. Un rassemblement festif est prévu dimanche.

|Modifié le 10 Oct 19 à 18:41

Les militants entendent continuer à « surveiller la dune ».
Les militants entendent continuer à « surveiller la dune ». (©Journal des Sables)

La Zad de la Dune propose une journée festive le dimanche 13 octobre sur le terrain qu’elle occupe depuis plusieurs jours face à la dune de Normandelière, à Brétignolles-sur-Mer.

Cette journée sera l’occasion de poursuivre la mobilisation entamée pour protester contre le projet de construction d’un port de plaisance sur la commune. La présence de naturalistes, d’artistes, de musiciens, de jeux pour les enfants, est annoncée sur le site. La journée festive devrait débuter vers 11 heures.

« Toutes les animations sont gratuites, nous refusons les dons en argent », prévient un des occupants de la Zad de la Dune.

Cette journée se veut aussi l’occcasion de mieux faire découvrir les lieux et comment, en quelques jours, la vie s’est organisée sur la Zad (zone à défendre).

Lire aussi : Vidéo : en Vendée, une quinzaine de Zadistes installent un campement à proximité du chantier du port Brétignolles

Différentes pièces ont été aménagées à l'intérieur de la zad.
Différentes pièces ont été aménagées à l’intérieur de la zad. (©Journal des Sables)

« Surveiller la dune »

Les occupants de la Zad de la Dune entendent ainsi rappeler qu’ils prônent une occupation non violente sur le terrain sur lequel ils se sont installés avec l’autorisation des propriétaires.

Nous ne sommes pas les ennemis des habitants de Brétignolles. Nous ne sommes pas là pour la confrontation. Nous sommes là pour surveiller la dune.

Ce jeudi 10 octobre, ils indiquaient être une vingtaine à passer leurs nuits sur le site. Ils estiment que , chaque soir, leur assemblée générale rassemble une centaine de participants.

« Il y a un vrai mouvement de sympathie de la part de la population », se réjouit un des zadistes qui, comme ses camarades, se fait appeler Dune. Ils mettent à une pétition à la disposition des visiteurs pour demander l’arrêt de projet de port. Quelques jours après son lancement, ils revendiquent quelque 250 signatures.

Les dons ont été nombreux également. Si nombreux qu’il a fallu mettre en place un tableau recensant les besoins du groupe. « Nous sommes autogérés. Chacun prend soin de son espace, fait sa vaisselle. » Les membres de la Zad y ont aménagé une salle commune, une cuisine, un dortoir. 

Lire aussi : Port Brétignolles : le maire Christophe Chabot appelle à une manifestation #balancetazad

Quelques jours après son organisation, la Zad continue à s'organiser.
Quelques jours après son organisation, la Zad continue à s’organiser. (©Journal des Sables.)

« On n’est pas à Notre-Dame-des-Landes »

Le mouvement se veut donc bien structuré. Assez, en tout cas, pour faire penser à la célèbre Zad de Notre-Dame-des-Landes. De quoi faire tiquer les membres de la Zad de la Dune. Certes, ils se reconnaissent dans l’organisation et le « mouvement citoyen » de la célèbre Zad qui a défrayé la chronique. Mais la comparaison s’arrête là selon eux. Pas de militant « professionnel » dans le noyau de vingt zadistes en permanence sur le terrain. Ce dernier n’aurait d’ailleurs pas la capacité d’accueillir une Zad de si grande ampleur.

« Nous ne sommes les marginaux que l’on décrit », assurent Dune et ses camarades qui se revendiquent comme des locaux ayant une vie active de salarié ou d’artisan pour la plupart. Tout comme ils écartent d’un revers de main l’idée selon laquelle ils seraient manipulés par les associations d’opposants au port. « Nous savons de quoi nous parlons », insiste Dune. La journée du 13 octobre doit contribuer à le démontrer.

Lire aussi : Notre-Dame-des-Landes : qui des ex-zadistes ou des agriculteurs aura la dernière terre ?