Qui du Lego ou de l’œuf est arrivé sur Terre en premier ? Vous avez quatre heures… — sipa

L’épreuve de philosophie du bac  aura lieu lundi prochain. Et comme chaque année, ce ne seront pas seulement les wannabes bacheliers qui plancheront sur les épreuves, mais des millions de Français, passionnés par
l’annonce des sujets, tous plus tordus les uns que les autres. Cette année, un ouvrage suggère
aux philosophes du dimanche (ou plutôt du lundi, l’épreuve de philo tombant toujours un lundi, le 17 en l’occurrence) de
réviser les fondamentaux grâce… aux Lego. Dans
Legosophie*, Tommaso W. Bertolotti suggère d’utiliser les célèbres briques pour
appréhender les concepts philosophiques de base. Selon lui, le Lego est un support de pensée qui allie liberté et méthode, réflexion créatrice et reproduction virtuose.

L’auteur a expliqué à 20 Minutes en quoi monter un set de Lego Star Wars était une manière d’appréhender Platon.

Comment vous est venue l’idée de cet ouvrage ?

Au tout début de mon doctorat en philo, il y a six ans, quand je devais écrire un article sur les modèles scientifiques. Je me suis aperçu qu’un élément fétiche de mon enfance, le Lego, portait en lui de nombreuses caractéristiques d’un modèle, notamment la capacité de reproduire le monde humain (continu) avec des éléments discrets (les briques). De là j’ai commencé à réfléchir aux Lego comme un jouet pythagoricien, car tout y « est nombre », comme le soutenait le philosophe de Samos. D’autres idées se sont ajoutées au fur et à mesure que j’étudiais de nouveaux aspects de la philosophie et en 2017, j’ai décidé de profiter d’une pause entre contrats universitaires pour me dédier à ce petit projet peu orthodoxe mais très gratifiant.

Les jeunes joueurs ou collectionneurs de Lego sont-ils plus enclins à lire de la philosophie ?

Je n’irais pas si loin. Je pense qu’il faut démonter le mythe selon lequel le Lego aiguise l’esprit mécanique de la jeunesse. Gâter un enfant de Lego n’augmente pas les probabilités qu’il devienne ingénieur. En dépit de sa matérialité, de sa manualité, et de la pensée géométrique à laquelle les enfants sont poussés, le Lego est un jeu extrêmement intellectuel et analytique qui affine la pensée elle-même. Les jeunes Legophiles ne seront peut-être pas plus enclins à lire de la philosophie, mais plus capables de maîtriser l’analyse mentale requise par cette discipline. En général, je pense que le Lego apprend à se maîtriser, gérer son effort à partir des ressources disponibles, et à comprendre ses limites et celles des autres. Donc… C’est un jouet pour futurs philosophes, psychologues, économistes, sociologues, mais aussi dirigeants, administrateurs et politiques. Tiens, voilà que Platon serait encore d’accord.

Quelles doctrines philosophiques s’appliquent-elles au mieux au mode de construction Lego ?

Platon, Platon, et encore du Platon. Ce n’est pas étonnant que celui qui forma les briques de la philosophie soit aussi le plus apte à comprendre la philosophie des briques. Platon s’intéresse au rapport entre copie et modèle, à la pédagogie, la géométrie, l’art, la politique… Tous ces éléments se retrouvent dans les Lego. Sinon, les pragmatistes Américains du XIXe siècle, notamment William James et Charles Sanders Peirce, pour en arriver aux théoriciens de l’Esprit Etendu, Andy Clark et David Chalmers, encadrent bien ce qui se passe entre nos têtes, nos yeux, nos mains et les briques en jouant au Lego.

Les joueurs de Lego qui suivent scrupuleusement les notices sont-ils tout de même capables de philosopher ?

Tout à fait. La construction qui suit les instructions n’est pas privée de cet émerveillement qui est à l’origine de la philosophie. Si nous continuons à construire selon les instructions, cela signifie que Lego parvient quand même à nous émerveiller et à nous faire réfléchir autour de ce jeu de construction dont la pratique est toujours la même (emboîter des petites briques) mais dont les résultats sont si variés.

Quid des joueurs de Playmobil ? Sont-ils inaptes à la philosophie ? Faut-il forcément un enjeu de créativité avec des éléments préexistants pour pouvoir philosopher en jouant ?

Je ne comprends pas ce mot. Playmoquoi ? Vous parlez de Playboy ? Beaucoup de philosophes contemporains y écrivent… Je plaisante, hein ! La culture populaire s’amuse à détailler ce conflit entre Playmobil et Lego, mais il n’y a pas de tranchées entre les deux. Quand ma sœur et moi nous étions petits, nous jouions souvent ensemble, elle surtout avec des Playmobil, moi surtout avec mes Lego. Les deux peuples aux menottes à pinces.

Après, la philosophie du Playmobil est différente et je dirais qu’elle concerne l’autre monstre sacré de la Grèce ancienne, Aristote, c’est-à-dire le philosophe amoureux des techniques, de l’encyclopédisme, du détail, de la variété et des histoires. Le mode de production, d’assemblage et la pratique de jeu de Playmobil nous conduisent à une ontologie différente, dans laquelle les pièces fondamentales ne peuvent pas se mélanger autant que dans le Lego. Playmobil nous offre un grand théâtre du monde, un jeu peut-être plus proche des Lumières, de Londres et Paris au XVIIe siècle que d’Athènes…

Si Lego devait créer un set dédié à une école de philosophie (Socrate, Kant, Descartes, Heidegger…) laquelle rêveriez-vous d’avoir ?

J’avoue avoir vu sur la Toile une version Lego de l’Ecole d’Athènes de Raphaël, j’adorerais l’avoir chez moi. J’aimerais sinon avoir l’Académie de Platon en set, avec le philosophe et ses disciples. Plus qu’une école, le Mythe de la Caverne serait un excellent set également !

Conseilleriez-vous aux bacheliers de réviser les grandes notions de philo du bac avec des Lego ?

Bien sûr ! En lisant Legosophie ! Blagues à part, je pense que les bacheliers devraient ressortir leurs briques et réviser la philo de façon ludique. Recréer les philosophes avec les figurines, essayer de reconstruire avec leurs briques des pensées philosophiques fondamentales. Je pense par exemple à la dialectique de Hegel, qui se prête bien à une visualisation à travers les briques danoises. Qu’est-ce que la liberté ? Qu’est-ce qui distingue l’existence et le néant ? Tout cela peut renvoyer au Lego et être mieux compris grâce au Lego. Car, après tout, maîtriser la philosophie et bien construire ses Lego, ce n’est qu’une question de bonnes connexions.

* Legosophie, Tommaso W. Bertolotti, Puf, 19 euros. 



0

partage