Poussez les portes de l’appartement occupé par Édith Piaf en 1933. Créé en 1968, ce musée privé rassemble les souvenirs de ce monument de la chanson française. Visite guidée.

Le musée Edith Piaf
Le musée Edith Piaf (©VR)

A l’occasion de l’anniversaire de sa mort survenue le 10 octobre 1963, poussez les portes de l’appartement occupé par Édith Piaf trente ans plus tôt. A cette époque, la Môme chantait dans les rues de Paris. Créé en 1968 par un collectionneur et ami, ce musée privé rassemble les souvenirs de ce monument de la chanson française. Visite guidée.

Une robe de chambre rouge exposée sur un portant, de vieux rideaux au tissu épais, les gants de boxe de Marcel Serdan, le cuir froissé, la mythique robe de scène noire, des chaussures pointure 34, un luxueux candélabre qui vient du boulevard Lale, sur les étagères, des photos en noir et blanc en robe de cocktail à New-York, des testaments signés de sa main … C’est un véritable trésor que renferme le musée privé d’Édith Piaf, ouvert en 1968 par Bernard Marchois, un ami de la chanteuse.

Dans l’ancien appartement de 35 m² situé au 5 rue Crespin-du-Gast, dans le 11e arrondissement de Paris, qu’elle occupait en 1933, le souvenir de la Môme reste intact.

« J’ai connu Édith Piaf lorsque j’avais 17 ans car mes parents étaient en contact avec la famille Serdan, raconte le conservateur du musée et secrétaire général de l’association. C’était une femme drôle. Les gens ne le savent pas, mais elle aimait beaucoup s’amuser. Elle disait souvent : « Tiens qu’est-ce qu’on va faire aujourd’hui comme connerie (sic), qui va-t-on emmerder (sic) ? ». C’était pas du tout la tragédienne hors paire qu’on croise en scène. »

Immortelle

La présidente de l’association ? Nul autre que Jacqueline Boyer, la fille de Lucienne Boyer, l’interprète de la célèbre chanson d’entre-deux guerres « Parlez-moi d’amour ». Un autre monument. Dans la mélodie de Milord ou de Padam Padam, c’est une visite hors du temps qui attend les hôtes.

Dans le salon, posé sur le fauteuil matelassé, un ours en peluche, version XXL. Un cadeau de son mari Théo Sarapo. « Il est aussi grand que toi », avait-il ironisé en le lui offrant. Édith Piaf ne mesurait, en effet, qu’1,47 mètre.

« Quand Édith est morte, avec son époux, on a décidé de collectionner ce qu’elle nous avait laissé en legs », poursuit Bernard Marchois.

Alors, aujourd’hui encore, elle nous fait donc tourner la tête, la Môme, indémodable. Sur les murs, entre deux portraits de la chanteuse, le disque « Mon Légionnaire », disque d’or en 1983. « Édith Piaf a apporté et apporte toujours un talent extraordinaire », conclut le conservateur.

Vanessa RELOUZAT

@VanessaRelouzat

g
(©VR)

Renseignements

Le Musée Edith Piaf au 5 rue Crespin-du-Gast, dans le 11e arrondissement de Paris.

Tél. : 01 43 55 52 72.

Entrée libre, don apprécié.

Ouvert le lundi, mardi et mercredi de 13h à 18h, uniquement sur rendez-vous.

A l’occasion de l’anniversaire de la mort d’Édith Piaf, l’association vous convie à une messe à Saint Jean-Baptiste de Belleville, le samedi 12 octobre, à 10h30. Dépose d’une gerbe de fleurs au cimetière Père Lachaise, à 15h30.