À 48 ans, Stéphane Boudy vient d’être investi par le Parti radical de gauche pour l’élection municipale à Melun. Il veut lancer un appel aux autres forces de gauche. 

Stéphane Boudy (à g.) est investi à Melun et David Charpentier, candidat à Esbly
Stéphane Boudy (à g.) est investi à Melun et David Charpentier, candidat à Esbly (©PRG77)

Une nouvelle candidature pour les élections municipales. Après une réunion de la fédération du Parti radical de gauche (PRG) de Seine-et-Marne, c’est Stéphane Boudy qui a été investi par le parti pour l’élection municipale à Melun. À 48 ans, ce gérant de société et licencié de philosophie habite dans la ville-préfecture depuis 2017. 

Rassemblement

Il souhaite lancer un appel aux autres forces de gauche en amont du scrutin. « Nous lançons un appel à tous nos partenaires de gauche pour créer une candidature de rassemblement, souligne-t-il, listant le PS, Place publique, les écologistes ou encore le Parti communiste (lire l’encadré).

L’appel du PCF 
« Toute nouvelle division à gauche serait incompréhensible et jugée irresponsable pour toutes celles et ceux qui ont pour objectif de battre la droite et l’extrême droite ». Dans un communiqué, la section de Melun Val de Seine du Parti communiste français indique vouloir contribuer au plus large rassemblement possible des forces de gauche, écologistes et citoyennes dans les communes de l’agglomération pour les municipales. Pour y parvenir, les communistes en appellent à une participation des habitants pour des propositions « en rupture avec les politiques de régression sociale et libérale, menées à l’échelon locale. » Parmi les thématiques, ils évoquent l’environnement, l’urbanisme, la qualité et la tranquillité de vie, les transports, le logement, la santé, l’emploi, les services publics et la démocratie. « Nous souhaitons initier ou participer à toute initiative favorisant un rassemblement, précise le communiqué, « sans querelle, sans intérêts et ego de personnes qui mutilent l’engagement politique. » Une évocation à peine voilée des élections législatives dans la 1re circonscription ou, malgré des échanges, les forces de gauche avaient été incapables de parvenir à trouver un terrain d’entente. 
Renseignement : pcfagglomelun@gmail.com

« Tête de liste ou pas, les militants décideront. Mais une chose est sûre je veux être sur une liste qui portera des valeurs de gauche », poursuit-il. Parmi ses principales préoccupations, il évoque pêle-mêle le développement écologique et le renforcement de pistes cyclables, la rénovation des logements anciens, mais aussi la place de la culture ou encore la solidarité.

« Melun est une ville du passé, scotchée sur d’anciennes valeurs autour de l’automobile et du béton », estime celui qui veut accélérer la transformation de la ville pour «la faire basculer dans la modernité. » Ancien militant à Bordeaux, Stéphane Boudy a déjà été candidat sur une liste Alliance citoyenne en 2008, dans la cité girondine.

 « Nous avons une carte à jouer à Melun, estime-t-il. La droite et le centre-droit auront des candidatures, l’heure est au rassemblement. » Et d’ajouter : « Avec Eugène Delaroue, il y a déjà eu un maire du Parti radical à Melun ! » L’ancien parlementaire avait géré la ville au début du XXe siècle.

Après l’annonce de Louis Vogel (Agir), Djamila Smaali-Paillé (SE) et du tandem Bénédicte Monville (LFI-écolo)/Claude Bourquard (SE), Stéphane Boudy est le 4e candidat à se déclarer à Melun.

Renseignements – stephanepaul2015@yahoo.fr ou @RGauche77 sur Twitter