La victime inconsciente a été transportée par les pompiers de Campénéac (Morbihan) aux Urgences de Ploërmel (Morbihan) dans la nuit du 8 au 9 juin 2019.

La victime inconsciente a été transportée par les pompiers de Campénéac (Morbihan) aux Urgences de Ploërmel (Morbihan) dans la nuit du 8 au 9 juin 2019.(©Illustration / Actu.fr)

Dimanche 9 juin 2019, à Campénéac (Morbihan), un jeune homme de 22 ans s’est fait agressé alors qu’il quittait la Fête de la musique.

Toujours à l’hôpital de Ploërmel (Morbihan) ce mercredi 12 juin 2019, avec de gros troubles d’élocution, il n’a pu livrer de témoignage précis. Les amis qui accompagnaient le jeune homme ont raconté ce qu’ils ont vu à son père, outré de telles violences gratuites. Il raconte :

Sur le chemin du retour, alors que ses amis et lui retournaient à la voiture vers minuit et demi, mon fils a vu un homme en train de taper une autre personne, visiblement ivre et à genoux. Il lui a alors demandé d’arrêter de le frapper, avant de tourner les talons. En réaction, l’agresseur est ensuite allé chercher des copains, pour rattraper mon fils et le tabasser. Ils l’ont frappé à la tête, jusqu’à ce que mon fils tombe inconscient. Ils l’auraient placé en position latérale de survie avant l’arrivée des pompiers. 

Des fractures et trouble de la parole

Il a été transporté aux urgences de Ploërmel à 1h30 du matin. Le scanner effectué le lendemain après-midi a révélé un hématome à l’œil et des fractures aux yeux, au nez et des confusions cérébrales. Le médecin du jeune homme lui a prescrit une ITT, incapacité temporaire de travail, de 30 jours minimum. 

Lire aussi : Près de Ploërmel : La Barik à Son fête la musique le 8 juin

Au moment de son réveil après être resté inconscient, il ne pouvait pas parler, ne reconnaissait même pas sa maman. Nous sommes en attente d’un bilan neurologique à Lorient. On nous a dit que notre fils avait failli y passer. 

En attente de réponses

Le père de la victime a souhaité porter plainte à la gendarmerie de Ploërmel, mais n’étant pas témoin direct de la scène, sa requête n’a pas pu être enregistrée. 

On m’a dit de laisser l’enquête se faire. J’ai écrit un courrier au procureur pour que ma plainte soit prise en compte.

Le papa démuni, prend donc son mal en patience. Une enquête a été ouverte pour violences volontaires en réunion ayant entraîné une incapacité totale de plus de huit jours. 

Pour l’instant, il retrouve la parole un peu plus chaque jour, même si cela reste compliqué, et il souffre énormément de la tête. 

Lire aussi : Morbihan : L 214 dénonce les conditions d’un élevage de poules pondeuses à Caro